De Saint-Cyr au peloton d’exécution de Bourguiba

Soudain, des cris de détresse me réveillèrent, je reconnus la voix de Lazhar Chraiti : « Ce n’est pas possible, j’ai tout sacrifié pour mon pays. Ô mes enfants ! Lâchez-moi, bande de criminels ! ».

Claquements de portes, puis un silence. Je compris qu’on commençait à emmener les condamnés. Un quart d’heure plus tard, la même scène se reproduisit, avec cette fois moins de bruit. J’étais figé. Je n’arrivais pas à croire qu’on les emmenait pour exécuter. Je pensais que l’on allait bénéficier de l’approche du ramadan et que les exécutions seraient différées. Pendant deux heures ou plus, les mêmes bruits des clés et de claquements de portes, se renouvelèrent à intervalles réguliers…

25.00 TND

Catégorie : Étiquette :

Détail du livre

Date de publication

19 décembre 2014

ISBN

978-9938-07-089-7

Nombre de pages

666

À propos de l'auteur

Moncef EL MATERI

Moncef EL MATERI

Né le 20 novembre 1934 à Tunis, Moncef EL MATERI est un ancien chef de corps de l’artillerie tunisienne. Diplômé de la prestigieuse école spéciale militaire interarmes de Saint-Cyr (Promotion du général Laperrine/promotion Bourguiba, puis de l’école d’application de l’artillerie de Châlons-sur-Marne en France.Il contribua à l’organisation de l’armée tunisienne, nouvellement fondée.

En décembre 1962, suite à sa participation à la tentative de coup d’Etat contre le président Habib Bourguiba, Moncef EL MATERI est arrêté puis condamné par le Tribunal Militaire à la peine capitale. Le 24 janvier 1963, à quelques heures de son exécution, sa sentence est commuée en une peine de travaux forcés à perpétuité, puis gracié en juin 1973, après 11 années d’empoisonnement.

Etant l’un des opposants les plus redoutés par Bourguiba. Le régime impose des limitations drastiques et un rythme de vie internal. Ce n’est pas qu’après la destination de Bourguiba, le 7 novembre 1987, qu’il retrouve une vie ordinaire.